études économiques
Belize

Belize

Population 0,4 million
PIB par habitant 4 077 $USD
D
Evaluation des risques pays
C
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

Major Economic Indicators

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 1,8 -16,8 8,5 5,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 0,2 0,4 3,0 2,5
Solde public / PIB (%) -4,5 -10,0 -8,0 -5,0
Solde courant / PIB (%) -9,3 -7,2 -7,5 -7,5
Dette publique / PIB (%)* 94,4 123,3 119,0 114,0

(e): Estimation (p): Prévision *Dons inclus, année fiscale d’avril 2022 à mars 2023

POINTS FORTS

  • Potentiel touristique : deuxième plus grande barrière de corail au monde, vestiges Mayas
  • Industrie touristique très compétitive par rapport aux autres pays de la région
  • Soutien des prêteurs internationaux

POINTS FAIBLES

  • Mauvaise santé budgétaire/ endettement élevé
  • Exportations non-diversifiées, dépendance au tourisme (40% de l’économie
  • Secteur manufacturier peu développé
  • Secteur agricole exposé aux événements climatiques
  • Accès limité au marché international
  • Accès limité à l'éducation
  • Taux de chômage relativement élevé
  • Criminalité

Appréciation du risque

La reprise économique se poursuit

La plupart des restrictions liées à la pandémie, telles que la fermeture des frontières et des aéroports, ayant été levées, l'économie devrait rester sur la voie de la reprise en 2022, grâce à la consommation privée, aux arrivées massives de touristes, dans un contexte de vaccination achevée dans les pays d'origine, et au rebond des exportations. La consommation privée (63 % du PIB) augmentera légèrement, car les dernières restrictions liées à la pandémie seront levées, parallèlement au déploiement de la vaccination (environ 50 % de la population était entièrement vaccinée en novembre 2021). Le taux de chômage devrait passer de plus de 11 % en 2021 à environ 9 % en 2022 en raison de la reprise économique progressive. Le programme de chômage temporaire et le plan Boost (transferts en espèces assortis de conditions) doivent se poursuivre. À l'inverse, la consommation publique (20 % du PIB) pourrait peser sur la croissance à mesure que s’engageront les mesures d’assainissement budgétaire. Une fois les restrictions de voyage levées, l’industrie du tourisme de Belize, qui abrite la deuxième plus grande barrière de corail au monde, devrait poursuivre sa reprise en 2022. Avec l'amélioration des conditions météorologiques et des pratiques agricoles, une augmentation modérée de la production de bananes, de bétail et de volaille est anticipée, ce qui favorisera les exportations. Les livraisons de canne à sucre, de crevettes et de conques devraient aussi légèrement augmenter en raison de la demande internationale. L'investissement fixe (22% du PIB) devrait être timide en raison de la baisse des dépenses d'investissement du gouvernement. Les entreprises agroalimentaires (American Sugar Refining, Green Tropics) ayant déjà réalisé des investissements substantiels, nous anticipons des investissements supplémentaires dans d'autres secteurs à faible technologie. Le secteur du tourisme pourrait attirer des financements grâce à la reprise des voyages internationaux. Cependant, l'ouverture des frontières constitue un risque sanitaire pour un pays qui n’est que partiellement vacciné. 

 

Restructuration de la dette publique et double déficit

Bien que toujours déficitaires, les finances publiques devraient s'améliorer en 2022. Les recettes fiscales seront en hausse, grâce au redressement de l’économie, et nous prévoyons des diminutions de salaires ainsi que des réductions des transferts en espèces et des dépenses d'investissement, selon le budget de l'exercice 2021/22. En avril 2020, les autorités ont déclaré vouloir restructurer leur « super-obligation » unique dite 2034 de 560 millions USD. En août, elles ont cessé de servir les intérêts. En novembre, elles ont conclu un accord avec la plupart des détenteurs, qui étaient confrontés à un défaut de paiement permanent. Le Belize a racheté la super-obligation, à 55 cents sur le dollar, grâce au financement de 364 millions de dollars organisé par The Nature Conservancy, une organisation caritative américaine de protection de la nature, et soutenu par les produits de la vente d'une "obligation bleue", avec, comme chef de file, le Crédit Suisse. L'obligation est dite "bleue" car le Belize s'est engagé à investir une grande partie des économies réalisées dans la conservation des ressources maritimes, notamment dans l'objectif de protéger 30 % de ses eaux d'ici 2026. Même si la restructuration devrait améliorer sensiblement la viabilité budgétaire, la dette publique pourrait continuer de peser sur les comptes publics, car elle contient déjà une part importante de la dette extérieure (environ 83,2 % du PIB en août 2021). Sa dynamique restera vulnérable aux chocs potentiels sur les taux d'intérêt et la situation budgétaire pourrait l'influencer. Outre son déficit public, Belize doit également faire face aux déséquilibres de ses comptes extérieurs, en raison de son important déficit commercial, qui représente 23 % du PIB. Même si elles s’améliorent, les recettes d'exportation resteront inférieures aux importations qui augmenteront plus rapidement en raison de la reprise de la demande intérieure et de l'envolée de la facture pétrolière. L'excédent du compte des services pourrait s'améliorer, car le tourisme pourrait reprendre des couleurs. Le compte des revenus restera déficitaire, avec la reprise du service de la dette et l’augmentation des transferts des entreprises étrangères exerçant des activités au Belize dont la valeur sera supérieure aux envois de fonds des travailleurs expatriés. Le déficit de la balance courante pourrait ne pas être couvert par les investissements directs étrangers, les dons et les financements multilatéraux, ce qui exercerait des pressions sur les réserves de change (qui devraient rester inférieures à 5 mois d'importations en 2022), mais ne mettrait pas en danger l'arrimage au dollar.

 

Légère amélioration du climat socio-politique

Les élections législatives de novembre 2020 ont mis fin à une ère de 12 ans de pouvoir du Parti démocratique uni (PDU) de centre-droit. Le Premier ministre, John Antonio Briceño, chef du Parti populaire uni (PUP) de centre-gauche, a un mandat de cinq ans. Le PUP dispose de la majorité législative, 26 dans la Chambre des représentants (chambre basse) qui compte 31 sièges, ce qui renforce la stabilité politique. Dans le même temps, au niveau du gouvernement local, le PDU bénéficie d'un certain soutien malgré sa faible position législative. Pour 2022, nous nous attendons un climat politique pacifique avec une amélioration des réformes institutionnelles et fiscales, mais qui pourrait être tempéré par un certain mécontentement social dû à l'assainissement budgétaire. La lutte contre le trafic de drogue et la criminalité qui y est associée, l'amélioration du climat des affaires et les mesures de lutte contre le changement climatique resteront également des priorités pour le gouvernement. Les tensions entre le Belize et le Guatemala voisin se poursuivront en 2022, car la prise de décision de la Cour internationale de justice (CIJ) sur les différends frontaliers pourrait prendre un certain temps, et ne venir qu’en 2024.

 

Dernière mise à jour: Février 2022

Haut de page
  • English
  • Français