études économiques
Bahrein

Bahrein

Population 1,5 millions
PIB par habitant 23 590 $US
D
Evaluation des risques pays
A4
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 2,6 -5,1 3,3 3,1
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,0 -2,3 1,0 2,7
Solde public / PIB (%) -9,0 -17,9 -8,0 -7,0
Solde courant / PIB (%) -2,1 -9,3 -4,6 -4,4
Dette publique / PIB (%) 102,1 129,7 123,3 122,0

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • L'une des économies les plus diversifiées de la région, avec une part plus importante des secteurs des services et manufacturier dans le PIB
  • Présence d'un secteur de l'aluminium solide, qui contribue de manière importante à la production nationale
  • Faible niveau d'inflation et de taux d'intérêt, environnement favorable aux conditions d'exploitation des entreprises

POINTS FAIBLES

  • Ratio dette extérieure/PIB très élevé (tant public que privé)
  • Déficit budgétaire élevé, malgré une réduction progressive à partir de 2021
  • Recettes fiscales toujours dépendantes du pétrole malgré une économie relativement diversifiée

Appréciation du risque

Une croissance régulière

L'économie bahreïnie devrait connaître une croissance régulière en 2022, après sa forte contraction en 2019 et sa reprise relativement solide en 2021. Les exportations (les exportations nettes devraient s'établir à environ 10% du PIB en 2022) seront un contributeur clé, suivies par la consommation privée (40% du PIB). En effet, début novembre 2021, le pays avait vacciné intégralement 65% de sa population de 1,7 million d'habitants, ce qui a permis la levée progressive des restrictions temporaires contre la COVID-19 au second semestre 2021. La mobilité normalisée renforcera les dépenses des ménages, mais ces dernières n’augmenteront que progressivement. Par conséquent, les secteurs axés sur la consommation, tels que le commerce de détail, retrouveront leur niveau d'avant COVID vers la fin de 2022. Bahreïn, l'un des plus grands producteurs d'aluminium au monde, bénéficiera de la forte demande mondiale de produits métalliques (environ 20% des exportations totales) grâce aux plans de relance donnant la priorité aux investissements dans les infrastructures et à la transition vers une économie plus verte dans le monde entier, ainsi qu'à une activité manufacturière résiliente. Les investissements devraient représenter environ 30% du PIB en 2022. Le secteur du tourisme restera important pour la reprise de l'économie bahreïnie, car il représente normalement (y compris ses effets indirects) 10% du PIB. Près de 60% des arrivées de touristes à Bahreïn proviennent du Moyen-Orient. En ce sens, la suppression des mesures à l'encontre de la COVID-19 aidera les revenus du tourisme à se rétablir. La réouverture de la chaussée du Roi Fahd par l'Arabie saoudite, reliant le Royaume à Bahreïn, l'ouverture du Centre international d'exposition et de convention de Bahreïn prévue en 2022, ainsi que le climat social et politique libéral du pays seront parmi les facteurs clés soutenant les revenus du tourisme, malgré la concurrence régionale croissante. Dans l'ensemble, les exportations nettes de biens et de services devraient augmenter de 2,6% en 2022 après une hausse estimée à 9% en 2021.

 

La position budgétaire reste fragile, avec un niveau de dette publique élevé

Les hydrocarbures représentant environ 70% des recettes totales, la hausse des prix des matières premières soutiendra la croissance des recettes budgétaires. Le gouvernement cherche à augmenter les recettes, comme il l'a annoncé en septembre 2021, en doublant la taxe sur la valeur ajoutée à 10% afin de réduire le déficit budgétaire. D'autre part, bien que le budget 2021-2022 comprenne certaines réformes comme la réduction des subventions pour l'électricité et l'eau, ainsi que des dépenses de fonctionnement, la hausse des prix de l'énergie pourrait émousser la volonté de restreindre les dépenses. Même si le déficit budgétaire se résorbera légèrement en 2022, après s'être creusé de près de 20% pendant la pandémie COVID-19 en 2020, il restera important au cours de la période à venir. Ainsi, Bahreïn manquera son objectif d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2022, comme annoncé initialement dans son programme d'équilibre budgétaire (lancé en 2018). En octobre 2021, le gouvernement a annoncé qu'il repoussait cet objectif de deux ans, à 2024. Avec un prix du pétrole équilibrant le solde budgétaire estimé à 106,6 USD par baril en 2022 selon le FMI, la fourniture d'emplois publics aux citoyens et le système de subventions restant largement en place, la position budgétaire restera faible. La dette publique restera importante, ce qui maintiendra les besoins d'emprunt élevés. Par conséquent, la volonté des voisins de Bahreïn de fournir des fonds est importante. En 2018, Bahreïn a reçu une aide de 10 milliards USD sur cinq ans de la part de l'Arabie saoudite, du Koweït et des Émirats arabes unis pour aider le pays à éviter un resserrement du crédit. Malgré le retard de deux ans dans la réalisation de l'objectif d'équilibre budgétaire, ces trois pays ont réitéré leur soutien à Bahreïn, ce qui continuera d'encourager les investisseurs à prêter des fonds pour financer la dette de Bahreïn sur les marchés des capitaux. L'excédent des échanges de biens et services devrait continuer à augmenter grâce à la hausse des revenus liés aux matières premières et au retour progressif des touristes, sans pour autant atteindre son niveau d'avant-COVID. La demande de machines importées destinées aux projets d'infrastructure locaux et la hausse des coûts de transport pèseront également. Les envois de fonds des travailleurs étrangers et les revenus rapatriés par les investisseurs de portefeuille étrangers maintiendront le déficit de la balance courante.

 

Aucune tension majeure n'est attendue à court terme, mais les problèmes politiques de longue date persistent

Le Bahreïn dispose d'un parlement opérationnel et aucune tension politique majeure n'est attendue à court terme. Toutefois, le sentiment de la population chiite (environ 60% de la population) d'être marginalisée en termes politiques et économiques pourrait constituer un défi dans la période à venir. 

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page
  • English
  • Français