études économiques
Lituanie

Lituanie

Population 2,8 millions
PIB par habitant 19 981 $US
A3
Evaluation des risques pays
A1
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 4,6 -0,1 5,1 3,3
Inflation (moyenne annuelle, %) 2,3 1,2 4,7 8,9
Solde public / PIB (%) 0,5 -7,4 -7,5 -5,8
Solde courant / PIB (%) 3,3 7,4 3,6 3,0
Dette publique / PIB (%) 35,9 47,2 50,9 53,2

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Des comptes publics et extérieurs sains
  • Système bancaire dominé par trois établissements scandinaves
  • Diversification de l'approvisionnement énergétique (terminal gazier de Klaipeda, potentiel de gaz de schiste, liaisons électriques avec la Pologne et la Suède)
  • Secteur FinTech en plein essor

POINTS FAIBLES

  • Marché du travail tendu : diminution de la main-d'œuvre (émigration des jeunes qualifiés) et chômage structurel élevé.
  • Importante économie informelle (20 % du PIB)
  • Forte disparité de revenus entre la capitale et les régions, notamment dans le nord-est, où la pauvreté persiste.
  • Valeur ajoutée limitée des exportations (produits minéraux, bois, agroalimentaire, meubles, équipements électriques, dans 30% des exportations totales)
  • Compétitivité érodée par des gains de productivité insuffisants

Appréciation du risque

De nouveaux progrès en matière de croissance, après un début d'année difficile

Bien que la Lituanie soit sortie de la récession liée à la COVID-19 dès le début de l'année 2021, la pandémie reste un problème pour son développement économique futur. Bien que la campagne de vaccination ait bien progressé, cela n'a pas empêché d'autres grandes vagues de COVID-19 de se produire en automne/hiver 2021. Après une dynamique de croissance relativement forte, notamment en début d'année 2021 et en été, cette nouvelle vague aurait dû  particulièrement freiner la consommation des ménages (61% du PIB) au tournant de l'année. Un taux d’inflation élevé constitue un autre facteur de réduction du pouvoir d'achat. Le taux d'inflation aurait pu atteindre un pic autour de 11% au début de 2022, car non seulement les biens individuels sont devenus plus chers, mais aussi les prix de l'énergie. Les factures de chauffage des ménages devraient augmenter de 50 à 60% pendant les mois d'hiver par rapport à la moyenne des dernières années. Toutefois, l'inflation devrait, en partie, diminuer au cours de l'année 2022, car la pression sur les prix exercée par les perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales et d'autres événements particuliers devrait diminuer lentement. En outre, le marché du travail devrait continuer de s’améliorer et le taux de chômage pourrait revenir aux niveaux d'avant la crise de la COVID-19 d'ici la fin du premier trimestre 2022. Enfin, en moyenne, les salaires devraient croître d'environ 8% sur 2021 selon la banque centrale et, par conséquent, avoir pour effet d’augmenter le pouvoir d'achat à partir du début de l'été. Si les exportations devraient s'améliorer légèrement en 2022, elles restent très dépendantes de l'évolution de la pandémie pour leurs principales destinations, la Russie et la Lettonie (23% des exportations totales à elles deux), où des vagues plus importantes de COVID-19 ont frappé fin 2021. La Lituanie étant une petite économie ouverte, les importations devraient augmenter plus fortement que les exportations, grâce à la reprise intérieure, et le commerce extérieur net aura un effet négatif sur la croissance économique. L'impulsion positive devrait provenir de la consommation et des investissements publics. Après la fin des nouvelles mesures de soutien public aux entreprises fin 2021, il reste 304 millions d'euros (0,7 % du PIB) à attribuer pour faire face à la pandémie en 2022. En outre, les dépenses de défense nationale devraient augmenter de 12,2% pour atteindre un total de 1,176 milliard d'euros (2,05% du PIB), en raison de la situation tendue avec le Belarus et la Russie. Sur le total des subventions du Fonds de relance de l'UE (NextGenerationEU) un montant de 2,2 milliards d'EUR (4,5% du PIB) est réservé pour la Lituanie entre 2021 et 2026. Au second semestre de 2021, la première tranche (13% de l'ensemble des subventions) du plan approuvé par anticipation a déjà été versée à la Lituanie, de sorte que les programmes d'investissement dans les énergies vertes et l'éducation pourraient déjà pu démarrer au cours de l'hiver. La BCE achètera ses actifs dans une enveloppe totale de 1850 milliards d'euros jusqu'à la fin du mois de mars 2022. Toutes les obligations de cette enveloppe arrivant à échéance seront réinvesties jusqu'à la fin de 2023. En outre, les achats nets relevant du programme normal d'achat d'actifs se poursuivront.

 

Le budget reste sollicité, le compte courant se normalise

La fin des principaux programmes publics de relance, combinée à l'augmentation des dépenses de défense, se traduira par un déficit public qui diminuera lentement mais restera élevé en 2022. Cela ne suffira pas à stopper l'accroissement de la dette publique, qui atteindra un niveau record historique. Avec une part d'environ 53% du PIB, elle reste néanmoins inférieure aux critères de Maastricht. L'excédent de la balance courante a augmenté de façon spectaculaire en 2020, mais retombera à son niveau de 2019 en 2022 en raison de la normalisation de la balance commerciale après la relance de la demande intérieure, tandis que la balance des services et la balance des revenus (par exemple, les revenus du capital) ne présenteront probablement pas de changements majeurs par rapport à 2021. 

 

Une coalition stable malgré quelques vents contraires

Depuis octobre 2020, le Premier ministre Ingrida Šimonytė du parti conservateur "Union pour la Patrie" (50 sièges sur 141 au Parlement) dirige une coalition avec le Mouvement libéral (12 sièges) et le Parti de la Liberté (11 sièges). Malgré plusieurs problèmes politiques et la baisse de l’aide publique, notamment de l'Union pour la Patrie, fin 2021, la coalition semble durable. L'un des problèmes provient d'un groupe notable de négationnistes de la COVID-19, qui a violemment protesté à l'été 2021 contre l'introduction d'un laissez-passer numérique COVID qui prévoyait la réduction des restrictions pour les personnes vaccinées, guéries ou testées, mais qui a entraîné un renforcement des restrictions pour toutes les personnes qui n'avaient pas le laissez-passer COVID. En outre, la Lituanie a été confrontée à un fort afflux de migrants en provenance du Bélarus à l'automne 2021, encouragé par le gouvernement biélorusse pour faire pression sur l'UE. Cela a aidé certains partis nationaux-conservateurs, bien que le gouvernement lituanien ait annoncé qu'il construirait une clôture à la frontière. En outre, la Lituanie a commencé à travailler sur ses relations diplomatiques avec Taiwan en 2021, ce qui a entraîné une augmentation des tensions avec la Chine. Le gouvernement actuel devrait rester au pouvoir jusqu'aux prochaines élections législatives d'octobre 2024. 

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page
  • English
  • Français