études économiques
Cap-Vert

Cap-Vert

Population 0,6 million
PIB par habitant 3 065 $US
A4
Evaluation des risques pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2020 2021 2022 2023 (e) 2024 (p)
Croissance PIB (%) -20,8 6,8 17,7 4,0 4,5
Inflation (moyenne annuelle, %) 0,6 1,9 7,9 6,0 2,5
Solde public / PIB (%) -9,1 -7,3 -4,1 -4,5 -3,0
Solde courant / PIB (%) -15,0 -11,3 -3,6 -5,5 -4,5
Dette publique / PIB (%) 145,1 151,2 128,3 122,4 112,6

(e) : Estimation (p) : Prévision *Dons inclus **Coopération internationale incluse

POINTS FORTS

  • Réserves halieutiques
  • Services bancaires et de télécommunications performants
  • Institutions politiques stables
  • Accord de coopération de change avec le Portugal, garantissant convertibilité et parité fixe avec l’euro, et une facilité de crédit
  • 20% de l’énergie consommée du pays provient actuellement de panneaux solaires et éoliennes, et objectif de 50% en 2030

POINTS FAIBLES

  • Faible diversification de l’économie et dépendance au tourisme
  • Dette publique très élevée
  • Forte dépendance aux performances économiques des pays de la zone euro
  • Infrastructures vieillissantes et de mauvaise qualité
  • Insularité : dépendance aux importations de denrées alimentaires (85% des importations totales) et produits énergétiques
  • Exposition au changement climatique et au risque volcanique, sismique et cyclonique

Appréciation du risque

Une croissance soumise à l’économie européenne

Après avoir connu une forte accélération en 2022 grâce à la reprise du tourisme, la croissance du Cap-Vert se modèrera en 2023 et 2024 à mesure que l’expansion du tourisme se normalisera. L’économie reste en effet fortement tributaire du secteur touristique, qui représentait 25 % de son PIB et plus de 50 % de ses recettes totales d’exportations avant son effondrement en 2020 suite à la pandémie. Bien que positives, les perspectives de croissance sont ainsi soumises à la situation économique européenne, la majorité des visiteurs provenant d’Europe occidentale. Néanmoins, le pays devra faire face aux conséquences du changement climatique avec une sécheresse persistante qui affecte le secteur agricole depuis plusieurs années : en 2022, la production de maïs a chuté de 80% par rapport à la période 2012-2016. Par ailleurs, les conséquences du conflit russo-ukrainien ont alimenté l’inflation capverdienne en 2022 avec la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants alors que le pays importe la majorité de ses aliments (85 % de ses besoins) et de son énergie. Cependant, l’escudo étant indexé à l’euro, les pressions inflationnistes au sein de l’économie capverdienne sont restées relativement modérées. Après avoir atteint un pic de 8% en février 2023, l’inflation a progressivement reflué mais restait toujours élevée cinq mois plus tard (6,3%).Si, en 2024, les prix de l’énergie et des denrées alimentaires devraient rester inférieurs aux sommets enregistrés en 2022, le reflux de l’inflation sera graduel, dans la mesure où les hausses de prix se sont généralisées (inflation sous-jacente à 3,8% en juillet 2023). Après avoir longtemps maintenu son taux directeur à 0,25% malgré le resserrement de la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE), la Banque du Cap Vert (BCV) a finalement augmenté son taux directeur à 1 % en mai 2023. Si la BCE devrait maintenir ses taux inchangés (au moins) jusqu’au second semestre 2024, la BCV pourrait être contrainte de l’augmenter à nouveau, afin de réduire l’écart de taux et ainsi limiter les risques de sorties de capitaux.

Des déficits jumeaux toujours importants

L’amélioration budgétaire amorcée en 2021 s’est poursuivie en 2022 grâce à l’augmentation des recettes fiscales, en lien avec la reprise économique En 2023, cette amélioration devrait connaître un coup de frein, du fait du ralentissement de l’activité et de la hausse des dépenses en capital. Le gouvernement souhaite en effet mettre en place les réformes retardées par la pandémie, et investir dans les infrastructures éducatives, sanitaires et routières. Le déficit budgétaire devrait ensuite se réduire en 2024 grâce, d’une part, à l’augmentation attendue des recettes fiscales liée à la numérisation en cours du recouvrement des impôts et, d’autre part, aux mesures d’assainissement budgétaires (réduction des dépenses de personnel). En 2023 et en 2024, le pays continuera de bénéficier des décaissements en lien avec la FEC (Facilité Elargie de Crédit) de 36 mois accordée en juin 2022 par le FMI. Sur un total pouvant atteindre 60 millions USD (3% du PIB) sur la période, le gouvernement avait déjà reçu 36 millions USD en juin 2023.
Par ailleurs, le déficit courant devrait se creuser à nouveau en 2023 du fait du ralentissement des exportations de services, et d’importations toujours dynamiques. Si la dette publique devrait se réduire en 2024, elle restera très importante. Toutefois, la dette publique extérieure (70% du total de la dette), est majoritairement détenue par des créanciers multilatéraux (40%) et bilatéraux (14%). La soutenabilité de cette dette est également favorisée par des taux d’intérêts majoritairement fixes et l’ancrage de l’escudo sur l’euro. Le besoin de financement extérieur restera toujours important en raison de la persistance d’importants déficits, à la fois public et extérieur, mais le soutien multilatéral sera assuré.

 

Une stabilité politique maintenue malgré la cohabitation

José Maria Neves, membre du Parti Africain Pour l’Indépendance du Cap-Vert (PAICV, positionné à gauche) et Premier ministre entre 2001 et 2016, a été élu président dès le premier tour (avec 51,7 % des voix) lors des élections d’octobre 2021. Il succède à la tête de l’Etat à Jorge Carlos Fonseca, issu du parti de centre droit, le Mouvement pour la Démocratie (MPD), qui avait atteint la limite constitutionnelle de deux mandats consécutifs. Dans ce régime semi-parlementaire, sa victoire instaure une cohabitation avec le Premier Ministre Ulisses Correia e Silva (MPD), en poste depuis 2016. Le mandat de ce dernier a été renouvelé en avril 2021, après que le MPD ait conservé sa majorité absolue lors des élections législatives (38 sièges sur 72), devançant le PAICV (30 sièges).
En dépit de la situation de cohabitation, le gouvernement a pu faire voter ses réformes à l’Assemblée, la minorité présidentielle n’ayant pas un poids suffisant pour bloquer le processus législatif. Néanmoins, le PAICV a déposé en juillet 2023 une motion de censure contre le gouvernement, rejetée à 38 voix contre 32, pour dénoncer un manque de transparence dans la gestion des ressources publiques. Sur le plan international, l’Europe (principalement le Portugal et le Royaume-Uni) restera un partenaire majeur et une source importante de touristes et d’IDE (principalement dans le secteur du tourisme). La Chine restera également un partenaire stratégique du Cap Vert avec la poursuite de ses investissements dans les secteurs de la santé et du tourisme, ainsi que dans le développement d’une zone économique spéciale tournée vers l’économie maritime.

 

Dernière mise à jour : Novembre 2023

Haut de page
  • English
  • Français